La mort,

ce n'est pas que la disparition du physique

ce peut être aussi la disparition du désir !

 

  • Quand nous nous résignons à la vie
  • Quand nous capitulons intérieurement à faire l'effort pour améliorer une situation
  • Quand nous nous coupons du vivant, de ce qui est désagréable et agréable
  • Quand nous nous laissons porter par les événements comme une feuille file sur l'eau
  • L'âme est en berne, la mort n'est pas loin

 

Cette apathie peut frapper à tout âge. Nous la rencontrons souvent chez les personnes âgées. Une de mes clientes, jeune adulte, est en train de l'expérimenter. La prise de conscience est venue suite à un symptôme violent à la fin duquel, elle a eu très peur de mourir. En fait, il ne s'agissait pas de sa mort corporelle mais de la mort de sa flamme intérieure. Quand elle a comparé sa vie actuelle à un paysage, j'ai vu sous mes yeux un électrocardiogramme au tracé plat. Pas d'image plus parlante pour évoquer les ravages de cet état d'âme.

Mon enfant de 4 ans l'exprime ponctuellement, il fait partie de son baluchon "solution émotionnelle de survie en mode stress". J'abandonne. J'abdique. Je fais le mort vivant, au moins il ne m'arrivera plus rien de désagréable. Le problème c'est qu'il se coupe aussi de ce qui est agréable. Le concernant, pour moi, il s'agit d'une programmation qu'il a reçue à sa naissance comme présenté ici.

En entretien de Fleurs avec les petits enfants, j'ai été suprise qu'un grand nombre d'entre eux fasse le choix spontané de cette essence. Soit elle était leur élixir d'harmonisation. Soit il l'offrait à un de leur parent pour son ré-équilibrage, toujours en lien avec la difficulté émotionnelle dont nous venions de parler.

  • Dans le 1er cas, l'enfant informe ses parents qu'il s'est résigné au comportement qu'ils lui imposent en se mettant intérieurement hors-circuit afin de ne pas en souffrir. Ce n'est pas qu'il a compris leur message - par exemple je dois apprendre à m'endormir seul - c'est qu'il a compris qu'ils ne répondront jamais à son besoin ; alors pour survivre, il lâche son désir (par exemple d'être accompagné dans le sommeil).
  • Dans le 2ème cas, l'enfant dit à l'adulte : "Regarde comme tu te résignes à cette situation qui ne te convient pas. Tu ne te bats plus. Tu vis sans vivre. Tu es là sans être là. Tu végètes !!!"

 


"Beaucoup ici (au royaume des âmes) ne se soucient pas de ce qu’ils vont avoir à faire quand ils reprendront un corps charnel. Les âmes aussi parfois aiment leur confort, et même passées de l’autre côté, elles gardent leurs habitudes de paresse." Les neuf marches - citation de Rebecca (âme en instance d'incarnation)

 

"Nous détruisons notre planète pour le bien de l'économie. Nous torturons et traitons les animaux comme de la marchandise pour le bien de l'économie. Nous continuons d'utiliser le pétrole, en dépit des alternatives, pour le bien de l'économie. Nous nous entretuons à la guerre pour le bien de l'économie. Nous promouvons des valeurs superficielles et matérielles pour le bien de l'économie. Nous endettons le Tiers-monde pour le bien de l'économie. Nous restons endormis pour le bien de l'économie. The Collective Evolution II : The Human Experience - film - chapitre : introduction


 

 Wild Rose

 

 

 

 

 

 

WILD ROSE (églantier) a des épines qui nous stimulent pour retrouver notre motivation, notre implication dans la vie, notre joie de vivre, notre vitalité. C'est une essence qui nous fait travailler sur notre structure intérieure. En retrouvant le désir, nous reprenons le contrôle de notre vie, nous y trouvons plus d'intérêt(s). On prend des initiatives. On trouve l'existence intéressante. On dit OUI à la vie !

 


"Nous sommes ici pour vivre des expériences (...) pour expérimenter la vie, apprendre et redécouvrir qui nous sommes vraiment". The Collective Evolution II : The Human Experience - film - chapitre: pourquoi sommes-nous ici en train de vivre nos vies sur cette planète ?