Vendredi dernier, j'étais à une tisane party avec deux copines quand je m'entends dire kékechoz du genre :

- "J'en ai marre ! j'ai perdu mon sens de l'humour. Impossible de le retrouver ! Je suis bien trop sérieuse et emmerde tout le monde avec mes propos tristounets. J'aimerais tant être plus drôle."

- "t'aka avoir un nez de clown !"

* * * * * * * * * * * * * *     * * * * * * * * * * * * * *     * * * * * * * * * * * * * *     * * * * * * * * * * * * * *

J'ai cru mourir ! Mais bien sûr ! La voilà la solution !!!

J'ai cru mourir parce que regardez qui se morfond sur ma cheminée depuis un an !

 DSC07489

 Vous voyez le truc rouge ! Juste à gauche du rameau fleuri ...

Attendez, je zoome


DSC07492

Et ben oui. C'est mon nez de clown qui attend que je le répare. Mes zouzous lui ont cassé l'élastique lors d'un essayage et depuis, il est en berne entre mon pot de RESCUE et mes cartes d'anges ! Je suis si contente de retrouver mon accessoire humouristique que je décide de tirer à l'aveuglette une carte d'anges dans le verre (à gauche) qui en contient une soixantaine. Je pioche un carton au hasard. J'ouvre les yeux. Je lis le message : humour ! illustré d'un clown qui tient des ballons !!! "Sans blague, si les anges s'y mettent aussi ! Enfin eux n'ont jamais arrêté ! C'est dans leurs gènes !!!"

 

Il y a dix ans, quand j'étais débordée au travail ; je mettais mon nez rouge et me permettais de dire des choses importantes à mes coéquipiers avec un brin d'humour. C'était une protection. Il me permettait de prendre du recul affectif par rapport à une situation douloureuse, difficile, "panier de crabes", etc ... J'en avais un sur mon bureau et un autre dans mon sac à main.

Depuis que je suis maman, je le sors parfois et m'appelle alors Cocotte Poulette. L'an passé, quand mon Titou ne voulait pas aller à l'école, s'habiller, petit-déjeuner. Quand il faisait la grève sous les couvertures et que le vent commençait à mal tourner ... zim zam zoum ! je filais dans ma chambre me transformer en Cocotte Poulette. Et alors ... le monde changeait. Nous étions tous les deux dans un espace imaginaire où tout était possible et réalisable. Nous avions des fous rires à nous tordre les boyaux. En 5 minutes, monsieur était habillé et nous partions le ventre plein, et heureux pour une belle journée. Une fois, je suis même allée à l'école en clown, à bicyclette, puis jusque dans la classe. Les parents me regardaient bizarre (je les comprends) - et les zenfants étaient aux anges. Ils venaient me parler, m'interroger, me toucher le nez ... C'était une expérience trop chouette. Tiens il faudra que je la renouvelle.

Je n'ai pas encore eu le temps d'acheter de l'élastique-fil mais cela ne m'a pas empêchée de réinvestir déjà mon costume invisible de Cocotte Poulette. L'étincelle dans les yeux. La voix plus aigue. Des idées folles plein la tête ! Je me sens à nouveau pétillante ! Pleine de vie ! Merci à ce tout petit accessoire qui permet d'OSER exprimer un autre soi, plus décalé ...