"Tu ne peux pas voyager sur un chemin

sans être toi-même le chemin"

Bouddha

 

*** *** *** *** *** *** *** *** *** *** *** ***

J'ai décidé de réemprunter le grand chemin du soin il y a deux mois. Plus de 42 ans que je soigne un dysfonctionnement de santé et toujours pas de guérison. La médecine moderne me traite mais ne me guérit pas. Pourquoi ? Parce que - pour moi - la cause (la raison de la maladie) ne se situe pas sur le plan physique (corporel) mais sur un plan subtil et sans doute aussi dans mes générations antérieures.

La médecine conventionnelle m'a proposé de retenter une expérience de chirurgie réparatrice. Oui bien sûr c'est une possibilité seulement qu'est-ce qui ferait que le résultat final changerait (aboutissement positif) alors que le conflit psychique (solutionné par la maladie) ne serait toujours pas trouvé et déprogrammé ?

 

"Je ne peux pas guérir si je ne suis pas moi-même le chemin de la guérison"

 

Depuis vingt-six ans, j'en ai fait du chemin pour mieux me connaître. Toutefois les sentiers déjàs explorés, les trésors déjà ouverts, ne suffisent pas à changer la donne. Plus le temps avance, plus la maladie grignotte, plus les sabotages que mes cellules programmées mettent en place sont puissants. M'effraient. Que vais-je développer la prochaine fois pour anéantir les efforts de réparation ? Une super infection ???

 

J'ai écouté les avis des spécialistes. J'ai écouté ma petite voix. Je leur ai fait part de mes incertitudes, de mes convictions, de mon non-choix, de ma motivation. J'ai mis une clé sous la porte pour quelques temps et je suis repartie vers un voyage intérieur.

 

Une des étapes importante a été un déplacement vers le sud pour travailler avec trois professionnels en pratiques alternatives. J'avais deux jours rien que pour moi. Un beau cadeau dans ma vie de maman. Voyager en train me permettait de bouquiner sans être interrompue. Le bonheur. J'ai passé en revue les 50 livres en attente sur mon étagère et celui-là a retenu toute mon attention. Le titre rejoignait mon élan de vie du moment :

va_au_bout_de_tes_r_ves

L'histoire m'a emportée. M'a guidée vers la route que je sentais se dessiner en moi. La rencontre fut "choc" et je vous le recommande si vous avez envie de faire un point sur ce qui est vraiment important pour vous ? Quel est le sens de votre vie ? Comment agir pour changer les choses ? Et quelles choses ? etc ... etc ...

DEUX AVANT-GOUTS ::

- La vie n’est qu’un jeu. La vie n’est qu’illusion. Nous choisissons le jeu et nous le jouons comme  des automates toute notre vie. La majorité d’entre nous ignorent que c’est un jeu et que, s’il ne nous amuse plus, nous pouvons l’arrêter et en choisir un autre. Au fond de chacun tourne une disquette informatique qui envoie et renvoie les mêmes instructions. Rares sont ceux qui en prennent conscience et décident un jour consciemment d’effacer la partie du programme qui ne leur convient pas pour lé réécrire à leur façon. Un programme n’est pas fixé une fois pour toutes, mais cela, peu le savent. Nous passons notre vie à vouloir à tout prix respecter des consignes périmées. Et si le jeu ne nous procure plus aucune jouissance, nous souffrons, en déclarant d’un air fataliste : c’est la vie ! Eh non ! La vie n’est pas faite de souffrance. Nous sommes des artistes ! Notre histoire est une œuvre d’art ! Pourquoi la peindre en noir et blanc ? On peut la colorer ! Y ajouter une touche de joie ! Un reflet de plaisir ! Un éventail de bonheur ! P196

 

- Antoine, il y a une différence entre avoir le souhait d’écrire et prendre la décision d’écrire. La plupart des gens ont le souhait de changer de vie, de métier, d’arrêter de fumer, de manger plus sainement. Un souhait, c’est comme un vœu, cela reste au niveau de l’imagerie. Pour aboutir, il faut prendre une décision. Décider vraiment. Rigoureusement. Et passer immédiatement à l’action. La règle de toute décision, c’est l’action. P55

 

"Il y a une différence entre avoir le souhait de guérir et prendre la décision d'aller sur le chemin de la guérison". Il y a le mouvement. Il y a l'envie. Il y a la conscience que même au bout de ce chemin, la guérison ne sera peut-être pas là, car il y a tant de facteurs concernés, de subtilités à décoder. Ce n'est pas grave, la vie est un mouvement intérieur, qui ouvre de nombreuses portes, inaccessibles autrement.

 

« La plupart d’entre nous meurent avec leur musique encore à l’intérieur. » Olivier Wendel - P238